Septembre 2021


Vendredi 27 août – Un dernier « Au revoir et à l’été prochain ! » …

Nous quittons Riec pour que Gildas retourne au Foyer et y dorme le vendredi soir ; nous retournerons le chercher le lundi matin ainsi ne perdra-t-il pas trois jours de congés annuels.

 

Mardi soir 31 août - Juliette écrit sur le cahier de liaison :

« Pourriez-vous nous dire quand et en quelle circonstance la canine (3ième en haut à droite) avait été cassée. Il en restait en effet une moitié, de forme triangulaire, moitié qui s’est fracturée lors d’un pique-nique le jeudi 19 Août avec l’équipe d’accompagnement. »

Autre question :

« L’état de la main gauche est bien amélioré, Gildas ne s’étant pas mordu depuis un long moment »
« par contre, nous avons remarqué lundi la griffure sur le pouce droit. Merci de nous en indiquer l’origine ».

( 3 lignes libres sont laissées pour la réponse ) => nous n’obtiendrons pas d’explication à aucune de ces questions…

Ce manque de réponse ne nous étonne pas, nos questions n’obtiennent pratiquement jamais de réponse, surtout lorsque la question dérange…

Jeudi 2 septembre - Nous avons un rendez-vous au Cabinet de notre avocat.

L’échange porte sur la défense de Gildas par notre avocat ; en effet nous estimons que notre garçon est victime, qu’il a été abusé et qu’il doit être défendu…

Néanmoins, la Juge des Tutelles considère que : « Gildas n’est pas concerné par une procédure judiciaire qui justifierait qu’il soit défendu par un avocat personnel »
et ajoute : « il m’apparaît aussi que dans ce conflit vos intérêts sont indépendants de ceux de votre fils »

Plusieurs questions s’imposent :

- Pour cette Juge, seuls les accusés auraient-ils donc le droit d'être défendus et non pas les victimes ?

- Comment se fait-il que la Juge des Tutelles n’a pas compris que nos intérêts dans cette affaire sont liés à ceux de Gildas ?

Notre avocat nous explique qu’il va écrire à la Juge des Tutelles afin de la convaincre d’une procédure à engager en faveur de Gildas, il nous explique les différentes possibilités d’interventions en précisant pour chacune d’elles les risques, avantages et inconvénients…

Mais 6 jours plus tard, notre avocat nous envoie un courriel : « J’ai procédé à nouveau à la lecture du courrier de Madame X, Juge des Tutelles, et à la réflexion, il me semble que sa position me paraît assez justifiée. » - « Dans ces conditions, et afin que les situations soient le plus claires possibles, il me semble préférable que je continue à intervenir au soutien de vos intérêts (.) »

Notre avocat n’expédiera donc pas le courrier projeté à la Juge…

Lundi 6 - Juliette écrit dans le cahier de liaison :

« (.) Les questions formulées mardi 31 août n’ont pas obtenu de réponse…

Or, l’attention, l’intérêt que nous portons à notre fils, à ses difficultés, nous amènent à vouloir obtenir des réponses, ceci pour l’aider. »

L’équipe avait noté en PS : « Nous avons remarqué que Gildas ne veut plus manger seul depuis son retour. »

Juliette répond : « Merci pour cette information, qui doit conduire à une interrogation, car à la maison, nous n’avons rien constaté d’identique ».

 

+ + +

Nous avions projeté de réaliser enfin un cher désir de Juliette, celui de se rendre sur l’île de Sein, mais l’avions jusqu’alors repoussé à cause des restrictions sanitaires liées au Covid.

Nous allongerons donc nos vacances de 4 jours et pas plus, ceci afin de ne pas prolonger le temps de prise en charge de Gildas au Foyer (du lundi soir 21h30 au vendredi après-midi 17h00).

Vendredi 17 – Rencontre Orthophoniste

L’orthophoniste nous relate les difficultés à poursuivre les séances avec Gildas.

Elle nous informe qu’elle va déménager et abandonner son activité d’orthophoniste pour celle de psychologue, son autre activité. Elle ne nous conseille pas de trouver une autre orthophoniste mais plutôt d’orienter Gildas vers une activité de psychomotricité fine…

Nous quittons l’orthophoniste pour aller chercher Gildas au Foyer.

Les 3 jours y ont été très difficiles. Il est noté sur le cahier de liaison : « Est-ce dû à une douleur, une angoisse ? nous ne comprenons pas cette attitude. »

Ce qui nous interpelle mais dont nous ne ferons pas le retour au Foyer, c’est qu’une infirmière y avait su obtenir 92 réponses en 17 minutes avec l’aide du clavier...

Mais lorsque Gildas est agité, personne n’est capable de l’interroger dès son retour au calme, ni avec le clavier ni avec les cartons Oui et Non !

La dernière semaine de septembre est plus détendue pour Gildas, en effet nous remarquons sur le cahier de Liaison que Gildas n’a eu aucun reflux et donc pas de Gaviscon.

Le Cadre ne nous contacte pas… le temps d’échange que nous avons demandé avant la présentation du Projet Personnalisé (PP) de Gildas semble être oublié, nous craignons qu’il n’ait pas lieu.