Conclusion

x

Aujourd’hui, avec le recul, nous sommes certains d’avoir pris la bonne décision, celle de s’engager dans une rééducation à domicile.

En effet, Gildas a échappé ainsi à une médicalisation qui commençait à être mise en place dans son accueil psychiatrique de jour.

De plus, il a progressé bien au-delà de ce que nous avions imaginé…

Comme en atteste l’un des témoignages, Gildas au départ était ‘plongé dans une léthargie’.

S’il n’est hélas toujours pas en mesure de parler (lésions cérébrales…), ni d’entrer dans le monde du travail, ni même d’être autonome (apraxie : perturbation des systèmes de l’action – Roy & Square), s’il a encore des difficultés de concentration, Gildas a cependant bien évolué, principalement sur le plan cognitif. En effet, aujourd’hui, il possède parfaitement l’orthographe et ses règles, il continue à progresser au niveau de la frappe sur clavier, il étonne dans sa familiarité avec l’anglais. La numération est parfaitement intégrée et il est même capable de calcul mental. Au cours des années, Gildas a pris du plaisir à découvrir et à apprendre. Il a souvent étonné son entourage et les félicitations ont entrainé son épanouissement, son bonheur de vivre avec même une pointe d’humour et un côté taquin.

En se rendant régulièrement à l’Etranger, en côtoyant de nombreux bénévoles, Gildas s’est habitué à changer d’environnement et s’est socialisé. Il a perdu en grande partie ses stéréotypies motrices (elles ne réapparaissent qu’en cas de stress ou de longues inoccupations). Les stimulations nombreuses, régulières et exigeantes, la demande d’efforts, lui ont permis de se construire et d’être aujourd’hui beaucoup plus calme et plus stable.

 

x